Aceptar
Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar la experiencia de navegación y ofrecer contenidos y servicios de interés.
Al continuar con la navegación, entendemos que se acepta nuestra política de cookies.

De la mar à l'assiette

Votos

(Total de votos recibidos 78)

(Puntuación 2,86)

pincho

«Gijón, Les Asturies y pétillent». La devise qui a été choisie pour définir la ville de Jovellanos n’a pas été le fruit du hasard et on pourrait croire que ce condiment et la ville sont toujours allés de pair : le sel de la joie de vivre, le sel de ses habitants, le sel qui relève toute anecdote quotidienne et bien sûr le sel qui agrémente une offre gastronomique dont la diversité en fait une référence dans les Asturies et qui s’ajoute à la traditionnelle fabada, au potage asturien, aux escalopes farcies et panées ou aux innombrables fromages qu’offre la Principauté.

Par conséquent, la cuisine de Gijón a le goût de sel, le sel de la Mer Cantabrique toujours présente à l’horizon et qui remplit les plateaux et les plats des poissons et fruits de mer les plus exquis. Chicharrinos (petits chinchards), bocartinos (petits anchois), parrochines (petites sardines) ou panchinos (petites daurades) sont quelques-unes des espèces les plus utilisées que l’on déguste habituellement avec quelques bouteilles de cidre dans les nombreuses cidreries qui jalonnent la ville.

Même si l’on déguste fréquemment ceux-ci «en tapas», d’autres poissons sont les rois du four et des repas «à table» : pixín (lotte), daurade, daurade grise (sar)... Bien que certains comme le merlu ou le pixín même, peuvent aussi être coupés en petits morceaux et panés. Leur fraîcheur fait qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup de condiment pour que l’on puisse apprécier leur saveur et leur texture. La proximité de la Mer Cantabrique est un privilège car le poisson va directement de la mer à l’assiette.

Deux espèces de roche, rares mais exquises, comme le tiñosu (rascasse rouge ou chapon) et le golondru (grondin ou perlon), sont la base de deux autres spécialités mijotées, la rascasse avec des pommes de terre et le grondin avec des pommes de terre. De l’ail, de l’oignon, de l’huile d’olive, du persil, du paprika, du vin blanc et pas beaucoup plus pour agrémenter des poissons dont la saveur se suffit à elle-même. Et de la roche viennent aussi les splendides rougets pêchés dans les environs, bien qu’on les déguste uniquement de la façon la plus logique: frits ou à la plancha.

D’autres plats de poissons issus des fourneaux gijonais sont la lotte au «bugre», c’est ainsi qu’on appelle le homard, le congre aux «arveyinos» (petits pois), la daurade rouge en sauce d’ «oricios» (oursins de mer), la daurade grise (sar) au cidre, la limande farcie aux fruits de mer ou en été, la ventresca de thon.

Typiques également en été, les calamars de ligne (c’est à dire capturés à la main avec une ligne d’hameçons, de la façon la plus artisanale qui soit). Ce sont des chipirons miniatures, délicieusement fondants. Habituellement, on les frit sous forme de lanières ou d’anneaux. On peut trouver également les chipirons «afogaos» -«à l’étouffée», -vu qu’on les fait cuire à couvert-, une délicieuse et tendre façon de les mijoter très gijonaise, sans encre.

En poursuivant dans la même la famille, nous arrivons sur un plat indubitablement gijonais: le «pulpín con patatines», un ragoût dans lequel le «pulpín de pedreru» (petit poulpe de roche) révèle toute sa succulence sur feu doux. Fidèles à la tradition, quelques hôteliers proposent ce plat dans leur menu un jour fixe par semaine -en général le mercredi-. D’autres variantes du plat, non moins savoureuses, sont le «pulpu con berces» (poulpe aux choux) ou le «pulpu amariscao» (poulpe aux fruits de mer).

Gijón, comme le reste de la côte asturienne, a toujours été et depuis très longtemps, une place forte en ce qui concerne les fruits de mer: langoustes et homards (bugres), pousse-pieds, palourdes, crevettes, crabes (andaricas), langoustines, araignées de mer outourteaux (ñoclas) mettent l’eau à la bouche et sont fréquents dans les viviers, les poissonneries, les vitrines, sur les comptoirs et sur les tables. Mais il y a deux fruits de mer qui, par-dessus tout, s’identifient à la ville de Jovellanos par leur saveur et leur popularité : les «llámpares» (patelles) et surtout les «oricios» (oursins de mer). Ces derniers constituent un des plus grands plaisirs gastronomiques qu’offre la mer et à Gijón, ils se vendent à profusion et on leur fait honneur : seuls, en ragoût, avec du riz... Grâce à cette passion collective, Gijón a l’honneur d’avoir été le premier lieu à les mettre en conserve et celui de laisser une recette purement gijonaise : le gâteau aux oursins.

Reste encore le chapitre des desserts où règnent la charlotte, la tarte gijonaise et les frixuelos (crêpes), las casadielles (friand farci aux amandes) ou le riz au lait.


JOURNÉES GATRONOMIQUES

  • Janvier : Journées gastronomiques des oursins
  • Février: Frixuelos et Journées gastronomiques d’Antroxu
  • Mars: Journées gastronomiques des plats à la Cuillère
  • Avril: Journées gastronomiques du poulpe
  • Mai: Journées gastronomiques du potager
  • Juin: Journées gastronomiques de la mer
  • Juillet: Journées gastronomiques du thon
  • Septembre: Journées gastronomiques du Riz et du Poulet Fermier
  • Octobre: Cidre à Gijón. Journées gastronomiques des Fabes (haricots blancs) et des champignons
  • Novembre: Journées gastronomiques des gras doubles
  • Décembre: Journées gastronomiques de la cuisine traditionnelle


GIJÓN GOURMET

Elaborés par de classiques cuisiniers ou de jeunes prometteurs, avec Gijón Gourmet vous pourrez déguster deux entrées originales, deux plats sélectionnés, un dessert différent et un vin spécialement sélectionné, dans n’importe lequel des 9 restaurants adhérents. Pour profiter de ce déjeuner/dîner spécial et pour seulement 45 euros (TVA incluse) vous n’aurez qu’à réserver dans le restaurant choisi en indiquant qu’il s’agit d’une réservation Gijón Gourmet et le nombre de convives. (Promotion réservée aux tables de moins de 8 convives).


GIJÓN GOURMAND

Avec Gijón Gourmand vous pourrez découvrir et savourer la partie la plus sucrée de la ville en réalisant un parcours à travers ses douceurs et spécialités. Gijón Gourmand vous offre l’opportunité de goûter 16 spécialités, emblèmes d’autant d’établissements de la ville.

  • Gijón Gourmand (5 dégustations) pour seulement 7 euros.
  • Gijón Gourmand (10 dégustations) pour seulement 13 euros.
Palabras clave Turismo, Gastronómico, 2013